• Marie Guignard

S'engager pour la fleur française

Voilà un article qui me tient à coeur depuis le début du confinement. Un article un peu plus personnel pour vous parler des changements que je suis en train d'amorcer sur ma pratique de fleuriste. Aujourd'hui, Merry Blossom a 4 ans, c'est l'heure du changement.


Rien ne sera plus comme avant

Avant le confinement, comme beaucoup d'entre nous, j'avais un rythme plutôt effréné, une vraie vie de citadine même si je vis à la compagne. Côté perso, depuis plusieurs années, étant plutôt épicurienne, lorsque je prends le temps de cuisiner, j'essaie de manger des fruits et légumes de saison, de petits producteurs de préférence, à la recherche des saveurs de mon enfance. Je me rappelle encore les carottes du jardin de mon arrière-grand-père, je les sortais de terre, je les rinçais et je croquais dedans, le goût était incroyable. Côté pro, avec mes préférences pour les fleurs champêtres, difficile de trouver une offre suffisamment large auprès des producteurs français ou locaux. J'avais mes habitudes chez mes fournisseurs chouchous, une offre beaucoup plus large et qui me permettait de m'exprimer plus librement dans mes créations, mais aussi de satisfaire mes clients. Je glanais souvent, principalement pour donner du caractère à mes compositions.


Apres le confinement, rien ne sera plus comme avant. Je souhaite m'engager à vous proposer de plus en plus de fleurs françaises, de préférence locales et de saison. Je vous explique pourquoi.


Derrière les fleurs, une industrie polluante

Vous ne le savez peut-être pas, la grande majorité des fleurs vendues en France sont importées. Elles proviennent de l'Afrique de l'Est, des Pays-bas, de l'Amérique latine... On estime que les fleurs étrangères représentent environ 80% du marché français. Cette industrialisation massive aurait provoqué la disparition de 40% des horticulteurs français.

Produites dans des conditions de travail souvent difficiles, par une main d'oeuvre bon marché, ces fleurs voyagent en avion, sont stockées en chambres froides et aspergées de produits phytosanitaires. Vous trouverez de nombreux articles à ce sujet si vous cherchez des chiffres, attention cela donne le vertige. Je dis souvent à mes clients que lorsque l'on achète une fleur on paie essentiellement du transport, tout passe par le marché d'Alsmeer aux Pays-Bas, avant d'arriver chez nous, dans le Sud-Ouest. Vous imaginez bien qu'avec tout ce transport, l'impact environnemental est terrible.

En France la production horticole est importante en Ile de France, en Bretagne et dans le Var. Dans le Sud-Ouest, comme vous l'imaginez on voit plus de vignes que de serres.

Les giroflées de Penisson, horticulteur dans le libournais.


L'espoir avec le mouvement Slow Flower

Vous l'aurez compris, nos fleurs viennent du monde entier, plus de saison, plus d'odeur... Des roses qui ne s'épanouissent pas vraiment, nous en avons tous fait l'expérience au moins une fois. Une partie des roses rouges de la Saint Valentin viennent du Kenya ou de l'Equateur en avion... c'est une aberration écologique.

C'est avec cette prise de conscience qu'est né le mouvement Slow Flower aux Etats-Unis en 2000, dans la continuité de mouvement Slow Food, pour une agriculture responsable. Le Slow Flower c'est le retour des fleurs des saison, du local et du circuit court, et tout cela sans pesticides.

Pour vous aider en tant que consommateur, il existe des labels comme Fleurs de France, fondé en 2015 par Stéphane Le Foll, alors ministre de l'Agriculture qui garantit la provenance de produits issus de la production d'horticulteurs et pépiniéristes français.

Vous trouverez également le label Plante Bleue qui identifie les horticulteurs et pépiniéristes qui produisent des plantes, des fleurs, des arbres dans une démarche soucieuse de l'environnement, c'est-à-dire éco-responsable.

Agir en tant que consommateur

Les horticulteurs français sont en grande difficulté depuis plusieurs années, nos modes de consommation en sont la première cause. Vous êtes d'accord pour ne pas manger de fraises en hiver ? Et bien c'est pareil pour les roses.

Bon là, vous avez sûrement envie de me dire "STOP les discours moralisateurs", les fleurs françaises sont plus chères et autres objections... Un peu, oui c'est vrai. Ce n'est pas au consommateur de changer le monde. Oui je suis d'accord.

Voilà où je veux en venir. Nous fleuristes, petits artisans indépendants, loin des contraintes de la grande distribution, nous sommes responsables aussi des produits que nous vous proposons. Il me semble indispensable de soutenir les horticulteurs français, et aujourd'hui plus que jamais.

Terrible constat chez mon horticulteur local Penisson, il détruisait ses fleurs une fois par semaine depuis le confinement jusqu'à ce qu'à l'opération "fleurs solidaires pour les soignants" imaginée et mise en place avec Christel Lebci fleuriste.


Agir en tant que fleuriste indépendant

Cela peut paraître difficile, de s'engager au quotidien pour la fleur française, mais il existe des initiatives pour se lancer dans le "made in France". Le collectif de la fleur française, réunit les professionnels horticulteurs et fleuristes qui vendent de la fleur française à plus de 50%, si vous le souhaitez vous pouvez consulter leur annuaire en ligne.

La fleur produite de façon éco-responsable est plus résistante, plus durable, plus odorante et sans pesticides, vous l'aurez compris c'est un cercle vertueux.

Agir en tant que fleuriste, c'est déjà proposer à ses clients essentiellement des fleurs de saison. On le sait au printemps et en été, on aura plus de choix, mais en hiver on trouve tout de même quelques beautés : renoncules, anémones et mimosa.

Beaucoup on déjà choisi d'arrêter les roses rouges à la Saint Valentin.

Un logo pour identifier les horticulteurs et fleuristes français

Sème Ferme florale

Un nouveau projet nous redonne un peu d'espoir à Bordeaux, la belle initiative de Sème Ferme Florale.

Débuté en Mars 2020, c'est le joli projet de Pauline qui proposera aux professionnels, fleurs fraîches, fleurs séchées et fleurs comestibles dès le mois de Juin.

Quand elle a entamé sa reconversion de fleuriste, elle était en Ile de France où l'offre locale est très diversifiée et les horticulteurs encore nombreux. Lorsqu'elle est arrivée dans le Sud-Ouest, elle a constaté la difficulté de proposer des fleurs champêtres et actuelles produites localement à ses clients, et le projet de ferme florale est né.

Elle m'a fait rêver en me parlant de quelques fleurs qu'elle proposera : Dahlias, Cosmos, Nigelles et quelques surprises que j'ai hâte de découvrir.

Quelques photos de Sème Ferme Florale


Mes engagements

Avec son projet, ce sont mes dernières barrières qui tombent, je n'ai plus d'excuses. Je vais enfin pouvoir trouver les fleurs dont je rêve localement. Je le vois un peu comme un signe. Merry Blossom a 4 ans alors c'est maintenant.

Alors voilà, j'ai mon bulletin d'adhésion au collectif de la fleur française entre les mains, ça y est je me lance, avec beaucoup d'émotions. Je serai dorénavant attentive plus que jamais pour vous proposer un maximum de fleurs de saison, françaises et locales de préférence.

Pour les mariages déjà programmés, n'ayez aucune crainte, je ne vais pas changer le choix de fleurs de votre joli jour, simplement si j'ai le choix entre deux provenances, je choisirai la fleur française ou locale lors de mes achats.

Pour les mariés 2021, j'orienterai mon choix de fleurs pour proposer un maximum de fleurs françaises. Et pour les plus confiants d'entre vous, le 100% fleurs françaises sera possible, comme je l'ai fait cet hiver.


Merci pour votre soutien, clients fidèles, amis et confrères fleuristes, c'est grâce à vous tous si je peux relever ce nouveau défi.


Marie, Merry Blossom


#slowflower #merryblossom #fleuristeevenementiel #fleuristeecoresponsable #collectifdelafleurfrançaise #fleurslocales

29 avenue Est 

33970 CAP FERRET

AQUITAINE

Tel: 06-61-41-03-09

contact@merryblossom.fr

© 2020 par Merry Blossom.  

  • White Facebook Icon
  • White Pinterest Icon
  • White Instagram Icon